Technologies duales : les imprimantes 3D en Chine, Russie, Inde et Singapour - Ariane Castel

Technologies duales : les imprimantes 3D en Chine, Russie, Inde et Singapour

By Ariane Castel

  • Release Date: 2014-05-01
  • Genre: Science et nature

Description

La fabrication additive (additive manufacturing, AM) ou impression 3D.est un processus par lequel un objet en 3D est créé par dépôt des couches successives de matière. L'objet est conçu à l'aide de logiciels tels que CAD.
Ces machines, développés depuis plus de 25 ans étaient au départ réservées aux laboratoires. Depuis les années 2000, elles connaissent un brusque développement. Leur prix, en chute libre, les rend accessibles à de plus en plus d'entreprises. On voit même apparaître des imprimantes 3D personnelles.

Si actuellement cette technologie a encore des limites importantes - vitesse d’impression lente, coût de la matière première élevé, taille des objets imprimés restreinte ou qualité relative des pièces - ces capacités évoluent.

Grâce à la diversité des matériaux comme la résine, le nylon, le plâtre, le sable, la céramique ou la poudre de métal, la technologie d'impression 3D a été appliquée avec succès dans le domaine de l'aérospatiale, des pièces d’automobiles, des machines, du matériel médical, des produits électroniques, du design industriel et de nombreux autres domaines. 
Déjà utilisées dans l'industrie et le design pour les phases de prototypages, les imprimantes 3D sortent de cette enclave et pourraient bouleverser la production.
L’impact sur la défense et la sécurité des imprimantes 3D sera de modifier de manière significative la production et les chaînes d'approvisionnement, en rapprochant la fabrication du point d'utilisation. Elles pourront aussi réduire les coûts, les délais de façonnage et les besoins en personnels compétents. Elles ouvrent aussi la porte à la production sur mesure permettant d’usiner des pièces complexes jusqu’ici difficile, voire irréalisable, par la technique traditionnelle de moulage.

Le développement rapide de cette technologie et les enjeux potentiels en termes de sécurité et de défense nécessitent des travaux permettant de comprendre et d’anticiper les risques qu’il serait nécessaire de contrôler, en particulier par le biais du contrôle des exportations.